Catégories
Non classé

Communiqué – « Surexposition aux écrans : encore un effort mesdames et messieurs les candidats »


Le Collectif attention a sollicité les candidates et candidats engagés dans l’élection présidentielle* afin qu’ils réagissent à ses propositions pour lutter contre la surexposition aux écrans et pour la protection de l’attention, toujours plus captée par les géants du numérique. Les équipes de campagne ont été contactées directement, et cinq responsables politiques ont participé à une table ronde des 2e Assises de l’attention, qui se sont tenues samedi 19 mars à la Bellevilloise, Paris 20e.

Si la gravité des constats semble être de plus en plus partagée, de même que l’importance de la prévention face aux dangers de la dépendance aux écrans et du cyberharcèlement, l’ensemble des candidats ne s’en montre pas moins décevant. C’est pourquoi nous les appelons à fournir un effort pour proposer de véritables mesures, à la hauteur des enjeux.

Nous proposons une analyse candidat par candidat dans un article dédié, disponible ici.

Nous saluons les propositions de MM. Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot en faveur de l’interdiction des écrans numériques publicitaires dans l’espace public ou du droit à la non-connexion administrative, en écho à nos propositions. Nous déplorons toutefois qu’ils ne disent rien face aux écrans qui sont en train de remplacer livres et cahiers à la demande de l’Education nationale, si ce n’est « avant six ans » pour M. Jadot. La distribution massive de tablettes et ordinateurs aux élèves de primaire, collège et lycée a pourtant des effets calamiteux sur leur capacités de concentration et d’apprentissage, entre autres maux, que nos associations constatent chaque jour. Mme Nathalie Arthaud nous a répondu qu’elle soutenait notre proposition concernant « l’obligation de maintenir des relations humaines et présentielles dans tous les services publics » et qu’elle partageait notre combat contre le déploiement massif des outils numériques qui, « aux mains d’entreprises privées et intéressées, ne servent qu’à entretenir une société mercantile ».

Chez des candidats comme M. Macron ou Mme Pécresse, on peut noter la persistance d’une certaine fascination pour la technologie numérique, envisagée comme la solution à tous les problèmes et avant tout comme le moteur d’une nouvelle croissance, qui serait devenue « verte », alors que le numérique contribue déjà davantage que le secteur aérien au dérèglement climatique et consomme près de 10% de l’électricité mondiale. Un aveuglement insoutenable pour nos cerveaux comme pour notre planète.

Le Collectif attention, après ces 2e Assises de l’attention qui ont permis de faire connaître ses propositions et de démontrer la richesse des initiatives prises par la société civile, continuera ses efforts pour défendre les intérêts des enfants, de la société et de l’environnement face à ceux des industries du numérique et de la publicité.

* Les équipes de Mme Le Pen et M. Zemmour n’ont pas été contactées par le Collectif attention. Leurs programmes ont toutefois été analysés et évoqués dans l’article dédié ici.

Contact presse : Fanny Lepage // 07 66 72 14 18 / fanny@levelesyeux.com

Associations signataires :

Lève les yeux
Alerte Écrans
Agir pour l’environnement
Priartem – Pour Rassembler, Informer et Agir sur les Risques liés aux Technologies ElectroMagnétiques
Chevaliers du Web
Technologos
Nous Personne
Enfance – Télé : Danger ?

Catégories
Non classé

Deuxièmes assises de l’attention : ouverture des inscriptions !

La planète numérique est-elle viable ?

Le 19 mars 2022 à la Bellevilloise (Paris XXème) – à partir de 09h30

Comment protéger les jeunes face aux réseaux sociaux ? Le numérique : allié ou ennemi de la transition écologique ? Quelles politiques pour une planète menacée par le numérique ?

Catégories
Non classé

Communiqué : « Pour une éducation humaine au XXIè siècle »

Eduquer au numérique,
ce n’est pas éduquer par le numérique

Depuis une trentaine d’années, les autorités politiques européennes et françaises ont choisi d’avancer tête baissée vers la numérisation de l’éducation, de la petite enfance à l’enseignement supérieur, sans jamais s’interroger sur la pertinence éducative d’un tel projet, ni sur ses conséquences en matière de santé, de vivre ensemble ou d’écologie. La crise du COVID-19, survenue au printemps 2020, a ensuite été l’occasion d’une accélération sans précédent de cette numérisation.
Si l’éducation aux outils numériques semble pertinente à partir du collège, et si la crise sanitaire impose des mesures d’exception, cela ne justifie en rien la généralisation du numérique comme « moyen » d’apprentissage, dont aucune étude sérieuse n’a pu démontrer une quelconque vertu pédagogique, bien au contraire. Certes, cela peut représenter un levier de croissance pour les entreprises de la Ed Tech ou pour les GAFAM, mais depuis quand l’intérêt économique prévaut-il dans le champ de l’éducation, en France ?

Pour nos associations, engagées au quotidien auprès des familles dans la prévention des risques et des impacts de la technologie numérique sur la société, cette politique publique doit urgemment être remise en question. C’est pourquoi, réunis au sein du « Collectif Attention », nous interpellons les candidates et candidats aux élections régionales et départementales de juin 2021 sur la place de la technologie numérique dans l’éducation, en leur soumettant des propositions argumentées, applicables dans le cadre de leur futur mandat.

Nos propositions sont les suivantes :

Catégories
Non classé

Lettre ouverte aux organisateurs des États généraux du Numérique pour l’éducation

Dans le cadre de la préparation des États généraux du Numérique pour l’éducation qui se tiendront à Poitiers les 4 et 5 Novembre prochains sous l’égide du Ministère de l’Éducation nationale, la Commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale s’est réunie les 23 et 30 septembre 2020 pour quatre tables rondes consacrées au numérique éducatif, sous la présidence de Monsieur Bruno Studer, député LaREM de la 3ème circonscription du Bas-Rhin.

Compte tenu des enjeux, la question de la place à donner au numérique dans l’éducation mérite un débat sérieux et approfondi, par essence contradictoire. Nous nous étonnons par conséquent du choix des experts auditionnés par la Commission, qui, par leurs fonctions respectives ont, et c’est assez remarquable, tous un intérêt direct ou indirect à prôner la numérisation massive de l’Éducation nationale. Ainsi de Mesdames Marie-Caroline Missir, Directrice générale de Canopé, Caroline Vincent, enseignante à l’INSPÉ d’Aix-en-Provence, et de Messieurs Rémy Challe, Directeur général d’EdTech France, Jean-Marc Merriaux, Directeur général de la Direction du numérique pour l’éducation du Ministère de l’Éducation nationale, Alain Frugière, Président du réseau des INSPÉ, Jean-François Vendramini, Chef de service Numérique éducatif de la région Grand-Est, Frédéric Kerbèche, Chef du service développement et stratégie numérique à la direction de l’éducation et des collèges du conseil départemental du Val d’Oise, Édouard Geffray, Directeur général de l’enseignement scolaire, Pascal Bringer, Président de l’AFINEF (Association des entreprises du numérique pour l’éducation et la formation), Nicolas Turcat, Responsable du développement des usages numériques de la Banque des territoires (groupe Caisse des Dépôts), Pierre Schmitt, Directeur technique et innovation de LDE (qui a remporté l’appel d’offre de la région Grand-Est et fournit à ce titre les manuels numériques de tous les lycées 4.0).

Sans surprise, les positions exprimées lors de ces deux journées ne questionnent aucunement le déploiement massif des nouvelles technologies dans le système éducatif auquel elles sont uniformément favorables. Lors de la seconde table ronde, le 23 septembre, Monsieur Rémy Challe s’est d’ailleurs félicité avec une touchante fraîcheur de cette belle unanimité, (conforme, cela va de soi, aux intérêts bien compris des quelques centaines de start-up regroupées au sein d’EdTech France). Pourtant, des voix critiques de tous bords s’élèvent depuis plusieurs années et avancent des arguments solides, alertant sur les impacts négatifs du numérique sur les plans environnemental, social et anthropologique, appelant à une extrême vigilance quant aux risques spécifiques liés à l’Intelligence artificielle, montrant sans ambiguïté les effets délétères d’une surexposition des enfants et des adolescents aux écrans, et dénonçant de surcroît l’absence de bénéfices probants sur les apprentissages. Les documents sont tous aisément accessibles. Citons notamment les chiffres publiés par l’Adème, les derniers résultats des tests internationaux PISA, les travaux du CoSE (Collectif Surexposition aux Écrans, réunissant plusieurs professionnels de santé), les Assises 2017 de l’association Technologos consacrées à l’éducation numérique (avec notamment une conclusion du philosophe et mathématicien Olivier Rey), le blog La vie moderne animé par Loys Bonod, jeune professeur agrégé de lettres classiques, les publications du collectif Ecran Total de Crocq, les premières Assises de l’Attention organisées par Lève les yeux le 1er février 2020, le colloque « Quelle place voulons-nous donner aux écrans dans la vie de nos enfants ? » de la Fondation pour l’école la semaine suivante, et de nombreux auteurs parmi lesquels Manfred Spitzer, Michel Desmurget, Sabine Duflo, Éric Sadin, Philippe Champy, Karine Mauvilly, Philippe Bihouix, Marie David et Cédric Sauviat. Un ouvrage collectif Critiques de l’école numérique a également été publié en 2019 par Cédric Biagini aux éditions l’Échappée. La société civile n’est elle-même pas en reste comme le montrent l’Appel de Beauchastel (rédigé par un groupe d’enseignants en 2015 qui justifient leurs désaccords face à la numérisation imposée de leur métier), ou encore l’Appel Pour nos enfants, résistons ! lancé le 18 juin dernier par le collectif « Nous, personne » et qui a recueilli en quelques semaines plus de 700 signatures de tous horizons.

En l’absence d’intervenants capables de porter une voix discordante, les futurs États généraux du Numérique pour l’éducation s’annonceraient comme une vaste opération de prosélytisme et s’inscriraient à ce titre dans la continuité des salons type Educatec/Educatice. Loin d’un échange constructif de différents points de vue, le seul objectif de ces événements, chaque année plus nombreux, est manifestement de permettre aux industriels du secteur d’assurer la promotion toujours plus large de leurs produits, avec le soutien affiché des pouvoirs publics : ministères, académies, collectivités territoriales.

Afin de permettre la tenue de débats véritablement ouverts, nous demandons par conséquent à ce que les collectifs et associations qui souhaitent défendre publiquement une position plus critique puissent être présents à Poitiers les 4 et 5 novembre 2020 afin de participer aux États généraux du Numérique pour l’éducation en y bénéficiant d’un temps de parole suffisant.

Le Collectif Attention, le 12 octobre 2020.